• Sandra

Margot Tissot

Retour de vacances = nouvelle présentation de créateur!


Aujourd'hui nous allons parler illustration, patch, parcours et processus créatifs. Vous êtes prêts?

Alors partons à la rencontre de Margot, illustratrice de talent qui a rejoint les Gens il y a déjà 2 ans.



  • Commençons par faire un peu connaissance, parle-nous de toi?

Je m’appelle Margot Tissot, j’ai 31 ans et j’habite à Lausanne depuis environ 7 ans.

A la base je suis fribourgeoise, j’ai grandi dans la jolie contrée de la Gruyère là d’où vient certainement mon amour pour la nature et les randonnées.


J’aime habiter en ville, pouvoir avoir accès facilement à une vie culturelle riche, mais je vais quasiment tous les week-end et quand je peux la semaine marcher en montagne ou en campagne pour prendre l’air et me changer les idées.


C’est aussi à Fribourg que mon parcours “artistique” à commencé, quand je suis entrée à l’école de multimédia et d’art nommé EMAF à l’âge de 16 ans. J’en suis sortie 4 ans plus tard avec un diplôme d’interactive media designer en 2010.


J’ai exercé pendant plusieurs années dans la communication en tant que graphiste, avant de me dire que la part artistique de ma formation me manquait énormément.


Lors d’un voyage de plusieurs mois à Vancouver, je me suis remise à dessiner. Quand on est rentré en Suisse en 2014 je m’y suis remise encore plus sérieusement et j’ai décidé de tenter d’en faire ma carrière. Avec les pieds sur terre j’ai décidé de prendre un travail fixe à 50% pour m’assurer un revenu de base me permettant de vivre et de développer ma passion à côté. 


Pour le côté plus personnel, je suis de signe astrologique “Poisson” et on m’a dit plus d’une fois que ça se ressentait dans mes créations largement inspiré du monde marin. Ma couleur préférée j’imagine sans surprise est le bleu, c’est une couleur super inspirante pour tout ce qui est lac, mer, mais aussi dans le ciel et les nuages. 



  • Que peux-tu me dire sur ta marque?

A la base ma marque s’appelait “Des sottises” qui venait de mon nom de famille “Tissot - Sottises” mais j’ai récemment décidé de le changer pour utiliser simplement mon nom complet, Margot Tissot, cela fait plus sérieux vis-à-vis de mes clients pour mes mandats d’illustrations.

Ma marque évolue au fil du temps mais j’ai commencé par la création de pin’s et de patch. La base de mon travail reste toujours l’illustration, que je décline sur plusieurs supports / goodies.

A l’heure actuelle je fais beaucoup d’Art Print mais je continue à réfléchir à des petits objets sympas. 



  • Tu t'es donc lancée avec des pin's. C'est original d'où t'es venu l'idée?

J’ai créé mon 1er pins il y a 3 ans, j'avais envie de faire connaître un peu mon travail et mon univers en ayant un petit objet représentatif et pas trop cher à vendre.


A l'époque j'étais encore employée à 80% et j'acceptais des mandats de graphisme à côté. J'avais très peu d'opportunités et de temps pour faire de l'illustration et j'en étais très frustrée.


J’ai été très étonnée de l’attrait que les gens ont eu pour cet objet dès le départ.


Ces pins m’ont ouvert beaucoup de portes j’ai rencontré grâce à ça beaucoup de clients pour qui j’ai pu faire de l’illustration par la suite. 



  • Parlons maintenant de ton processus de création. Je me suis toujours demandée comment un illustrateur s'atellait à un nouveau projet?

En général au début j’évite toute connexion à internet, pour ne pas être trop influencée et trouver une idée originale par moi-même. Donc je

fais souvent une petit mindmap papier, où je note les mots du projet et je mets à plat tout ce à quoi ça me fait penser.

Après quand j’ai trouvé l’idée, là j’utilise beaucoup Pinterest pour faire une recherche plus visuelle avoir un petit moodboard spécifique.


Puis Je me lance en général assez rapidement dans les croquis et ensuite j’aime bien laissé passer quelques jours pour revenir sur ma composition avec un oeil frais.


Bon ça c’est quand je peux, parce que souvent je n’ai pas énormément de temps et il faut que je finisse le tout en un jour.   



  • Et là-dedans qu'elle est ton étape préférée?

J’aime vraiment la recherche d’idées, ce moment où l’idée se matérialise sous forme d’image dans ma tête. 


  • Et au niveau du matériel as-tu des préférences?

J’aime beaucoup travailler avec les promarker de Winsor&Newton, ils ont sorties des couleurs que j’adore. Mais j’avoue que j’aime aussi beaucoup expérimenté et varié les plaisirs. Dernièrement j’ai d’ailleurs redécouvert les néocolors et j’aime particulièrement leurs tracés un peu granuleux. 



  • A quoi ressemble une de tes journées type?

Alors la plupart du temps  je me réveille super fatiguée parce que j’ai cogité toute la nuit, mes idées ont de la peine à se mettre en mode off. Mais c’est aussi grâce à çà que j’ai beaucoup de motivations à me lever, pour mettre à plat toutes ces idées et avancer dans mon travail.

A l’heure actuelle je travaille à 50% dans le domaine du web et j’ai donc 50% de mon temps restant pour faire des siestes ahah non plutôt pour dessiner et réaliser des mandats pour des clients dans l’illustration. J’aime bien cette dynamique du 50/50 ça me permet de pas trop stresser pour le côté financier et de me consacrer plus librement à ma passion. 

Chaque jour est un peu une aventure, c’est çà que j’aime aussi avec la création, on peut être à tout moment contacté pour un projet passionnant. Encore plus avec les réseaux sociaux, on sait jamais mais chaque jour peut être pleins de nouvelles opportunitées et des fois c’est plus calme et ça fait du bien aussi, parce que je trouve que les projets personnels sont tout aussi importants que ceux sur commande, je pense que je fais d’ailleurs environ 75% de projets personnels (comme des pins, des Art print et autres) et 25% de projets pour des clients. 

  • Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer?

Principalement je conseillerais de ne pas trop se poser de questions et de foncer !

Dans le domaine de la création, les artistes sont souvent amenés à se remettre en question sur la qualité de leur travail (ce qui fait partie du jeux, on avance beaucoup grâce à cela) mais l’important c’est de quand même montrer ce que l'on fait et de saisir toutes les opportunités qui pourraient valoriser ce travail.

Les réseaux sociaux sont assez magiques pour cela, on peut facilement avoir un retour positif sur ses créations. La facette un peu moins sympa c’est qu’il y a énormément d’artistes visibles et on peut vite se comparer et se sentir “moins bons” que les personnes très suivies. Il faut juste se dire que tous les artistes qui réussissent maintenant sont de toute façon passés par les mêmes étapes. Les débuts ne sont faciles pour personne, et cela ne va jamais aussi vite que l'on aurait voulu. 



  • Au cours de ces 3 dernières années tu as dû vivre tout un tas d'expériences, parmi les plus marquantes quel serait ton top 3?

Le jour où j’ai reçu un message sur Instagram d’une demande de potentielle collaboration avec le service de l’eau de la ville de Lausanne. C’était une rencontre assez informelle. La cliente, qui est devenue une bonne copine par la suite, avait repéré mes pins et trouvait que les vagues, que j’intègre dans la plupart de mes créations, collaient bien à l’image du service.

J’ai pu grâce à cette rencontre illustrer une bouteille en verre, faire une super campagne d'affichage sur la thématique très inspirante de l’eau solidaire. Je n’en reviens toujours pas de la visibilité que j’ai eu grâce à ce projet.


Un autre évènement marquant remonte au tout début de ma “carrière”, quand le Panier Culturel m’a demandé de créer des pins pour leur panier d’hivers, et par la suite de faire une oeuvre de 2 mètres en live-painting à la Datcha pour leur soirée de lancement. J’ai eu l’occasion de rencontrer pleins de personnes talentueuses et supers sympas.


Et aussi quand j’ai pu intégrer la boutique chez *Les Gens, et rencontrer toute l’équipe de créateurs supers bienveillants et inspirants. C’est ce genre de collaboration qui me motive encore plus à continuer l’aventure. 



  • Ah, je profite que tu parles de la boutique pour te demander comment nous as-tu connu et que penses-tu de notre association?

J’ai connu *Les Gens grâce à un ami au début de l’année 2018. Je suis tombée sous le charme de la boutique et j’ai rapidement contacté l’équipe pour avoir une place pour vendre mes créations.

Plus qu’un simple espace de vente, pour moi ce qui a été très enrichissant ce sont les rencontres humaines, bien que je ne sois pas membre de l’association. J’ai l’impression de faire partie de cette famille bienveillante qui m’apporte beaucoup de soutien et de motivation pour créer.


J’ai aussi pleins d’opportunités grâce à ça pour exposer mon travail lors d’évènements comme des marchés ou lors d’ateliers de dessin.

L’équipe est ouverte à toutes sortes d’idées qui peuvent faire vivre le lieu et je trouve ça vraiment super. 



  • Voilà la moitié de l'année dernière nous, quels sont tes projets pour les mois à venir?

J’ai énormément d’idées et je sais déjà que je n’aurai pas tout le temps nécessaire pour toutes les réaliser cette année. Mais un joli projet qui est né grâce à *Les Gens* c’est ma future collaboration avec Catherine Pearson pour une illustration commune déclinée sur un objet (que je vais tenir secret pour l’instant).

J’aimerais aussi développer des produits textiles, peut-être des T-shirt ou des chaussettes. 



  • Et pour terminer, où peut-on trouver tes créations?

Pour l’instant principalement chez *Les Gens, c’est à côté de chez moi, le réassort est plus facile :D.

Mais sinon également chez *Dédé et Charlotte à Fribourg et *The Gallery à Nyon, je suis également en train de mettre en place un shop en ligne sur mon site www.margottissot.ch qui sera assez complet. 




Merci Margot pour t'être prêtée au jeu et avoir répondu avec enthousiasme à toutes mes questions. C'est un plaisir de connaître un peu mieux ton parcours et ton travail créatif!


Retrouvez ses magnifiques objets dans notre boutique à la Rue du Valentin 28!!!


++